HAUTE ÉCRITURE – L’excellence en toutes lettres

Depuis 1915, la Maison familiale Caran d’Ache perpétue la culture de l’écriture et des beaux-arts dans sa manufacture genevoise. Un héritage mêlé de constantes innovations qui porte l’excellence Swiss Made en étendard, ici et à travers le monde.

Pour bon nombre d’entre nous, ce nom réveille des souvenirs d’écoliers : les premiers coloriages, les premiers dessins, l’initiation à la peinture… Et, bien sûr, les premières pages d’écriture. Depuis 1915, Caran d’Ache accompagne des générations d’enfants, de parents et d’artistes qui ne se trompent pas sur l’excellence des instruments d’écriture et des produits beaux-arts que cette Maison familiale fabrique avec un savoir-faire unique dans ses ateliers de Thônex, dans les environs de Genève.

Puissantes ou chatoyantes, ses fines couleurs domptent la magie des pigments pour offrir une palette de quelque 300 nuances déclinées sous de multiples formes. Caran d’Ache les capture dans des tubes de gouaches, d’aquarelle et d’acrylique, évidemment, mais aussi sur des produits exclusifs tels le Prismalo, le premier crayon aquarellable lancé en 1931, ou le Neocolor, un pastel à la cire inventé en 1952 et qui a séduit les plus grands artistes, à commencer par Pablo Picasso. Côté instrument d’écriture, l’innovation et la créativité se conjuguent également à l’intention de ceux qui apprécient encore d’écrire à la main. Parmi les icônes de la ligne Office, quelques noms tels Fixpencil ou l’incontournable Collection 849 ont imposé leur style. Dans le domaine de la Haute Ecriture, enfin, Caran d’Ache conçoit des instruments tels des chefs-d’oeuvre de technique artisanale et de précision. Gravés ou guillochés, habillés de cote de maille, de bois ou de laque de Chine, les stylos et plumes des collections Varius, Léman et Ecridor expriment en toutes lettres l’étendue des talents des artisans de la Maison.

Un Atelier-boutique à Lausanne

Caran d’Ache, c’est tout un univers. La Maison genevoise prend l’expression au mot en dévoilant le sien dans un Atelier-boutique inauguré en mars au coeur du nouveau quartier des arts de Lausanne. Dans ce lieu qui étend sur quatre arcades communicantes, l’expérience est totale : un atelier-galerie accueille des workshops créatifs et des expositions d’artistes ; un espace est dédié à la personnalisation ; une boutique est consacrées aux produits beaux-arts et aux collections d’instruments d’écriture. De quoi s’immerger pleinement dans les tendances créatives du moment.

Plateforme 10 – Arcades de 8 à 11, 16, Place de la Gare, 1003 Lausanne,

Tel. 021 566 70 72

Trois questions à Carole Hubscher, présidente du Conseil d’administration

Caran d’Ache est une entreprise familiale. Vous représentez la 4e génération à sa tête. Pourquoi est-il important de rester indépendant ?

Pour une Maison comme la nôtre, l’indépendance permet d’avoir une vision sur le long terme et de travailler dans une optique de transmission pour les générations suivantes. Pour moi, c’est vraiment très motivant de me lever tous les matins pour contribuer à fabriquer des produits de grande qualité et de savoir qu’ils font le bonheur des enfants et des parents. D’un point de vue purement pratique, notre indépendance nous permet aussi une grande agilité.

Il semble qu’on écrive de moins en moins à la main. Dans un tel contexte, quelle est la force de Caran d’Ache ?

C’est vrai, la manière dont on communique aujourd’hui a changé et c’est l’écriture dans son ensemble qui est remise en question. Mais je ne connais personne qui ne possède pas au moins un crayon ou un stylo. Chez Caran d’Ache, nous sommes persuadés que nous fabriquons les outils de la créativité. Et cette créativité qui, à mon sens, passe par la main, aura un vrai rôle à jouer à l’avenir. Et puis, écrire une lettre d’amour ou un mot de remerciement manuscrits, vous conviendrez que c’est tout de même beaucoup plus élégant !

L’entreprise est aussi connue pour sa fibre environnementale. En quelques mots, que faites-vous ?

C’est une préoccupation qui existe depuis toujours chez Caran d’Ache. C’est surtout une question de bon sens. Dans les années 1950, déjà, les déchets de bois issus du processus de fabrication de nos crayons étaient utilisés pour chauffer les ateliers en hiver. Notre intérêt pour la protection de l’environnement se manifeste par des exemples plus récents comme le choix des panneaux solaires sur nos toits ou l’absence de solvants dans la fabrication de nos vernis. Nous avons aussi initié un projet avec Innosuisse pour fabriquer des crayons en bois suisse, une alternative intéressante au cèdre de Californie. Avec des essences du Jura, du Valais et des Grisons, nous avons l’objectif de produire 20% de nos crayons en bois indigène d’ici 6 ans.

En chiffres

1915

L’année de la création de la Fabrique Genevoise de Crayons. Lancement la même année des premiers crayons graphite en bois de cèdre.

1924

L’entreprise est renommée Caran d’Ache par Arnold Schweitzer. L’expression provient du mot karandash, « le crayon » en russe, et dont la racine turque « kara tash » signifie la pierre noire à l’origine du graphite.

300

Le prisme des nuances proposées par Caran d’Ache.

849

C’est le nom du fameux stylo bille de Caran d’Ache inventé en 1969 et dont la fameuse cartouche géante Goliath permet d’écrire jusqu’à 600 pages A4.

90

Le nombre de pays dans lesquels l’entreprise est présente.