La certification ou la quête de l’ultime précision

Le COSC : qu’est ce que qui se cache derrière ces quatre lettres ? Symbole international de la précision horlogère suisse, ce label (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres) certifie à la demande la précision des montres helvétiques.

Aquoi pourrait bien servir une montre si la précision n’était pas au rendez-vous ?
Dans ce registre, certaines Maisons ont bien l’intention de prouver qu’en la matière, leurs bijoux mécaniques ne souffrent que l’excellence. A leur disposition, le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres, vénérable institution dont la création remonte à 1876. Son rôle ? En tant qu’organisme neutre et indépendant, le COSC délivre une certification de précision chronométrique basée sur une norme internationale stipulant un protocole de tests d’une durée de quinze jours portant sur sept critères. Au final, l’écart de marche pour un mouvement mécanique ne doit pas dépasser les valeurs quotidiennes de -4 à +6 secondes par jour. Si tel est le cas, il entre dans le pinacle horloger des montres de précision. Environ 1,7 millions de pièces par année obtiennent le précieux label, soit un cinquième de la production suisse de montres mécaniques. Quelques marques horlogères seulement font appel au service du COSC avec un quatuor de tête : Rolex, Omega, Tissot et Breitling qui représentent à eux seuls plus de 80% des montres arborant cette certification.

EN CONDITIONS EXTRÊMES

Breitling est la seule marque helvétique à faire certifier par le COSC la totalité des mouvements de ses montres, dont celui de ce Superocean 44 Special Blacksteel taillé pour les abysses avec une étanchéité garantie jusqu’à 1000m.

TOUT EN FINESSE

Hommage à la toute première montre L.U.C sortie de Chopard Manufacture en 1986, cette L.U.C XPS 1860 certifiée COSC porte le Poinçon de Genève dans sa version en or rose, gage de qualité de construction et de finitions.

 

L.U.C XPS 1860

 

ANTIMAGNÉTIQUE

Avec son calibre 8900 à échappementco-axial, cette Omega Seamaster Planet Ocean 600 M est certifiée Master Chronometer, donc résistante à des champs magnétiques équivalents à ceux d’un IRM (± 15’000 gauss) avec une tolérance de précision comprise entre 0 et +5 secondes sur 24 heures.

OMEGA SEAMASTER PLANET OCEAN

 

TOUJOURS PLUS

Certifiée Chronomètre Superlatif, l’Oyster Perpetual Rolex Deepsea est étanche à3900m et répond à des critères plus stricts que les normes horlogères, soit une précision garantie avec une marge de tolérance de -2/+2 secondes par jour.

ROLEX DEEPSEA – 904L STEEL

Labels, l’affaire de tous… ou presque

A priori, l’appellation d’origine Swiss Made et le certificat de précision COSC pourraient suffire à garantir la qualité des garde-temps helvétiques. Qu’on se détrompe : d’aucuns ont jugé qu’il fallait aller encore plus loin en soumettant les montres terminées à une batterie de tests et de contraintes. Florilège des autres certifications les plus exigeantes:

Le Poinçon de Genève

Entré dans la loi cantonale genevoise en 1886, essentiellement comme arme anti-contrefaçon, il est l’un des labels les plus intransigeants de la profession. Il va au-delà de la certification du mouvement en labellisant l’excellence de la tête de montre.

Le Label Qualité Fleurier

Datant de 2001, il exige comme préalables le COSC et les tests de vieillissement Chronofiable, une marque déposée depuis 1985.

La certification METAS

Plus récemment, Omega a présenté une nouvelle certification Master Chronometer mise au point en collaboration avec l’Institut fédéral suisse de métrologie. En plus d’un mouvement chronomètre certifié COSC, l’étanchéité et l’amagnétisme de la montre finie sont garantis.

Labels de marques

Master Control des 1000 heures pour Jaeger-LeCoultre, Poinçon Patek Philippe, Superlative Chronometer chez Rolex… Gage de qualité, de fiabilité et de précision, certaines Maisons horlogères ont créé leurs propres labels.