theatre-de-poche-de-la-grenette-lionel-meylan-vevey-horlogerie-joaillerie

Théâtre de Poche de la Grenette

Derrière les murs épais d’une vénérable bâtisse du XVIIe siècle nichée à deux pas de la place du Marché, à Vevey, le Théâtre de Poche de la Grenette a fait de l’humour sa marque de fabrique. Depuis 35 ans, le rire y est cultivé avec une bonne humeur communicative. Demandez le programme !

Avec tout juste assez d’espace pour accueillir 70 spectateurs, la Grenette n’a pas volé son appellation de théâtre de poche. Mais ce nom ne présage en rien de la taille des sentiments qui se jouent sur sa scène. Ici, autour de l’humour décliné sous toutes ses formes, l’émotion est toujours grande et le rire s’exprime à plein volume. Le lieu est minuscule, donc, mais les soirées que l’on y passe sont généralement qualifiées de « grandes ». Tout simplement parce qu’en plus de sa célèbre bonne humeur, le Théâtre de Poche de la Grenette possède une âme.

Un esprit un peu canaille, authentique et chaleureux qui, depuis 35 ans, vibre au rythme des spectacles les plus réjouissants. Anne Roumanoff, Roland Magdane, Pierre Palmade, Manu Payet, Jean-Luc Lemoine, Nicole Ferroni, Yann Lambiel ou Jamel Debbouze, notamment, ont fait confiance à cette petite scène d’humour devenue un passage quasi obligé des humoristes.


Mais La Grenette ne mise pas tout sur les grosses pointures et ouvre grand la porte aux jeunes artistes. Une porte que le public pousse toujours avec la certitude de passer un agréable moment. Un accueil sympathique au coin du feu, un spectacle de qualité suivi, éventuellement, d’un dîner pour rencontrer les artistes… Une soirée à la Grenette constitue généralement un excellent remède contre la morosité.

Théâtre de Poche de la Grenette
1, rue de Lausanne – 1800 Vevey
Tél : 021 921 60 37

www.theatregrenette.ch

Trois questions à Stéphanie Furrer, directrice du Théâtre de Poche de La Grenette

Quelle est la spécificité du Théâtre de la Grenette ?

C’est avant tout une scène d’humour sous toutes ses formes qui ne se contente pas de proposer du « stand-Up ». La comédie peut aussi s’exprimer à travers le théâtre, la chanson ou le cabaret. En cela, c’est un lieu qui se distingue vraiment d’un comedy club. La Grenette, c’est une vraie scène de théâtre où notre priorité est de proposer des spectacles frais, gais et bons pour le moral.

Vous fêtez les 35 ans du théâtre et vos 10 ans à sa tête. Les choses ont-elles beaucoup changé ?

Ce lieu a toujours été propice à la découverte de jeunes artistes. Quand j’ai repris sa direction il y a maintenant 10 ans, j’ai resserré la programmation autour de la comédie. Je dois dire que dans le domaine de l’humour, c’est une scène qui compte. Notre porte est toujours ouverte aux jeunes talents mais nous travaillons aussi avec des pointures, des gens plus connus. Cette saison, Jamel Debbouze vient rôder son nouveau spectacle à la Grenette. Pour nous, c’est un gage de confiance, une caution auprès des artistes et de notre public.

Quelles sont les soirées à ne pas manquer cette saison ?

Jamel bien sûr mais les trois dates se jouent à guichet fermé. Sinon, il faut absolument voir Sandrine Viglino, en novembre, qui fût pendant longtemps l’acolyte pianiste de Yann Lambiel. Gabriel Tornay également, en janvier, avec son spectacle de mentaliste qui repose sur une grande interactivité avec le public.